Marie-Jose Tubiana, l’ethnologue qui contredit l’Ofpra

« Déclarations confuses, affirmations insuffisamment étayées sur les sévices graves dont elle soutient avoir été victime », etc. Ces mentions, l’ethnologue Marie-José Tubiana les a lues des dizaines de fois. C’est le motif du rejet par l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) de la demande d’asile formulée par Naseem. La jeune femme a fui le Darfour, région du Soudan martyrisée par la guerre menée par Khartoum contre les populations non musulmanes. Impensable d’y retourner, sa vie est en jeu. Naseem est venue frapper à la porte de Marie-José Tubiana, qui aide les personnes du Darfour, lui a-t-on dit. La scène est l’un des temps forts du documentaire La Combattante, que Camille Ponsin consacre à l’engagement humanitaire de l’ethnologue.


Sur le même sujet : « La combattante » de Camille Ponsin : le savoir qui sauve

Au total, elle aura consacré deux séances de trois heures à Naseem, afin de reconstituer avec elle toute son histoire. Au détour d’une phrase, on entend : « Les Janjawid (1) rôdaient, nous frappaient et nous violaient dès qu’ils le pouvaient. » Elle rédigera une attestation destinée à appuyer le recours de Naseem auprès de la Cour nationale du droit d’asile (CNDA), qui fera finalement droit à la demande de la jeune femme.

1

Miliciens arabes chargés par Khartoum de terroriser les populations non arabes du Darfour.

Le poids des cartes et le sens des mots

Avec une première mission de terrain en 1956, Marie-José Tubiana a acquis une connaissance unique de certaines régions d’Éthiopie, du Tchad et du Soudan. Il y a une dizaine…

La suite est à lire sur: www.politis.fr
Auteur: Patrick Piro