Mobiliser les émotions pour mieux vendre : les leçons de la K-pop

Les émotions constitueraient-elles l’ultime élément différenciateur entre l’homme et la machine ? Les dispositifs numériques se substituent peu à peu à l’humain et les individus s’habituent à cette interface virtuelle très rationnelle. Les entreprises devraient-elles alors mobiliser les émotions pour mieux vendre ? Devraient-elles en faire l’élément central d’un business model les permettant de se différencier ?

Et si des éléments de réponses éclairants nous provenaient du phénomène en vogue de la K-pop et de groupes comme Black Pink, Kiss of Life ou BTS ? Ce dernier affolait les compteurs avant de se mettre en pause pour laisser à chacun de ses membres le loisir de mener des projets en solo mais aussi pour effectuer leur service militaire. En moins de treize mois, les sept artistes du boys band ont placé six de leurs titres au sommet du Billboard Hot 100. Les derniers à avoir réalisé cette performance en si peu de temps n’avaient été autres que les Beatles.

À la racine du succès, on retrouve également l’apparition de dispositifs commerciaux novateurs pilotés par le label Big Hit Entertainment et la société de production Hybe. Chaque membre a, par exemple, été sélectionné et formé pour développer des personnalités spécifiques, une esthétique soignée et des performances spectaculaires lors des concerts. Associé à ce groupe, le développement de toute une « fandom », une communauté de fans qui a pris le nom de « BTS Army », incarne le phénomène « Hallyu » qui a émergé de Corée du Sud. Outre la musique, cette « vague puissante » (traduction française du terme) s’est répandue à travers le monde grâce à d’autres produits de la culture populaire coréenne, tels que des films et séries.

Des fans mobilisés

Si une grande partie de l’interaction avec le public passe par…

La suite est à lire sur: theconversation.com
Auteur: Marc Jaillot, Maitre de conférences en sciences de gestion, Université Paris Nanterre – Université Paris Lumières