Mondialisation : comment la sécurité économique est devenue la priorité

Déjà ébranlée à la suite de la crise financière de 2007-2009, la mondialisation a depuis évolué au rythme des prises de conscience que les chocs, qui ont secoué l’économie mondiale depuis 2020, ont déclenché. À cela s’est ajoutée l’impérieuse nécessité de sauver le climat, pour conduire à une mondialisation où les forces de fragmentation deviennent tangibles.

Alors que la mondialisation était déjà soumise à une défiance grandissante, la crise sanitaire va venir révéler à tous que les interdépendances nous rendent vulnérables. À partir de là, la question de la sécurité des approvisionnements va peu à peu l’emporter face aux forces, qui prévalaient jusque-là, d’une libéralisation toujours plus poussée des flux commerciaux.

Ce sont d’abord les États qui vont s’en soucier pour les produits stratégiques. Et c’est la découverte pour eux que les chaînes de valeur mondiales sont terriblement opaques et qu’il va falloir les sécuriser quitte à faire revenir sur le sol national, ou en tout cas pas trop loin, la production de certains biens.

Ce sont ensuite les entreprises qui, confrontées aux ruptures d’approvisionnement post-crise sanitaire, vont réaliser que la sécurité doit désormais entrer dans l’équation de leurs coûts. Car dans un monde moins fluide et moins sûr qu’auparavant le moindre coût pour elles n’est plus de rechercher les approvisionnements au plus faible coût car les pertes occasionnées par ces ruptures sont lourdes.

Pour autant jusque-là, même si les préoccupations sur la sécurité économique montaient, la mondialisation n’était pas remise en cause par des prises de position radicales des États.

Un « nouveau consensus de Washington »

Et puis, l’invasion de l’Ukraine par la Russie est venue raviver ces inquiétudes et à nouveau nous montrer, surtout à nous Européens, et en particulier à l’Allemagne, jusque-là très attachée au libre-échange,…

La suite est à lire sur: theconversation.com
Auteur: Isabelle Bensidoun, Adjointe au directeur du CEPII, CEPII