Montpellier : après l’attaque sur Rafah, une nouvelle mobilisation pour la Palestine à Paul Valéry

Au lendemain d’une offensive terrestre sur Rafah, un nouveau rassemblement de soutien à la Palestine a eu lieu à l’Université Paul Valéry ce mardi 7 mai.

Les libertés académiques s’arrêtent là où commence le droit à la vie du peuple palestinien.

Environ 200 personnes se sont retrouvées ce mardi 7 mai devant le bâtiment administratif de l’Université Paul Valéry, à l’appel du Comité universitaire de soutien à la Palestine, composé d’étudiant.es et de professeurs de la fac de lettres et de la fac de sciences. Objectif : obtenir l’annulation des partenariats de Paul Valéry avec les universités israéliennes complices du génocide. Un rendez-vous analogue avait déjà eu lieu la semaine dernière, jeudi 2 mai, rassemblant 150 personnes. Il s’agissait d’obtenir un rendez-vous avec la présidence.

Plusieurs membres du collectif universitaire de soutien à la Palestine ont lu une déclaration en début de rassemblement. Après avoir dénoncé les arrestations d’étudiant.es mobilisé.es à Sciences Po Paris et exigé la fin de la répression, les membres du collectif sont revenus sur les raisons du boycott qu’ils souhaitent : « L’idée n’est pas de boycotter les chercheurs, mais les institutions. Nous exigeons l’arrêt immédiat des partenariats de Paul Valéry avec l’université Bar-Ilan à Ramat-Gan et avec l’université de Tel-Aviv. […] La présidence de Paul Valéry nous oppose les libertés académiques. Mais les libertés académiques s’arrêtent là où commence le droit à la vie du peuple palestinien. C’est à l’université de Tel-Aviv qu’a été élaborée la doctrine Dahiya, qui préconise à l’armée israélienne de faire le maximum de victimes parmi la population palestinienne pour déstabiliser les groupes de combattant.es et de détruire les infrastructures civiles. Il y a dans cette université un laboratoire de recherche sur l’armement qui travaille en partenariat…

La suite est à lire sur: lepoing.net
Auteur: Le Poing