Nestlé débourse plus de 500 000 euros pour réparer la pollution d'une rivière

Le 13 septembre, Nestlé a évité de justesse une condamnation pour pollution de l’eau… en signant un joli chèque. Le géant suisse de l’agroalimentaire était poursuivi pour avoir rejeté dans l’Aisne 155 m3 d’effluents, le 9 août 2020, depuis son usine Dolce Gusto de Challerange, dans les Ardennes. De nature accidentelle, ce lâcher d’eaux usées avait entraîné la mort de 6 tonnes de poissons et pollué la rivière sur 14,5 kilomètres.

Deux ans après les faits, bien que l’entreprise ait rapidement reconnu sa responsabilité, le tribunal judiciaire de Charleville-Mézières a décidé de ne pas condamner celle-ci. Pour cause, Nestlé s’est engagé à régler plus de 500 000 euros pour réhabiliter le cours d’eau. Outre l’amende d’intérêt public de 40 000 euros, elle versera la somme de 475 000 euros à la Fédération de pêche des Ardennes, chargée de mener des opérations de réparation. Quatre autres associations de défense de l’environnement, également constituées parties civiles, ont perçu une indemnisation.

Avant le délibéré, Nestlé avait déjà « réalisé la mise en conformité attendue de l’usine pour un coût total de 487 000 euros », a précisé la juridiction dans son ordonnance. Cette coopération a motivé le tribunal à valider cette convention judiciaire d’intérêt public, marquant un nouveau pas en matière de justice négociée en environnement.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d’une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner

Après cet article


À Vittel, Nestlé contrôle l’eau, la politique et les esprits

Commentaires

La suite est à lire sur: reporterre.net
Auteur: Reporterre