« No Fear of the Dark », des ténèbres à la lumière



No Fear of the Dark, Une sociologie du heavy metal / Harmut Rosa, traduit de l’allemand par Sacha Zilberfarb / La Découverte, 204 pages, 20 euros. En librairie le 2 mai.

Imaginez. Adolescent, vous avez été amateur d’une musique qui n’a pas toujours bonne presse – c’est le moins qu’on puisse dire : le hard rock, dont est issu le heavy metal vers la fin des années 1970. Autrement dit Led Zeppelin, Black Sabbath, Aerosmith, rejoints par Iron Maiden, Judas Priest, Motörhead et Metallica. En prenant de l’âge, votre amour pour cette musique ne s’est pas éteint, mais il est apparu de plus en plus incongru d’avouer votre inclination pour elle, et encore davantage de tenter de la faire partager. Affaire de « distinction », dirait Bourdieu. La plupart du temps, vous l’écoutez seul, au casque, non pas honteusement, mais sans en faire l’article.

Mais voilà que paraît aujourd’hui un livre qui vient redistribuer les cartes. Un essai aussi singulier qu’étonnant : No Fear of the Dark, avec pour sous-titre « une sociologie du heavy metal », signé par un auteur académiquement établi, professeur à l’université Friedrich-Schiller de Iéna, en Allemagne, et directeur du Max-Weber-Kolleg à Erfurt : Hartmut Rosa.

Celui-ci n’est pas le premier universitaire à écrire sur le sujet. On peut citer l’ouvrage du sociologue français Fabien Hein, qui a publié en 2004 Hard rock, heavy metal, metal. Histoire, cultures et pratiquants (éditions Mélanie Seteun). Mais Hartmut Rosa est un intellectuel internationalement connu et reconnu. Plusieurs de ses livres sont traduits en français, dont les deux parmi les plus importants où il expose sa vision du monde. D’une part Aliénation et accélération. Vers une théorie critique de la modernité…

La suite est à lire sur: www.politis.fr
Auteur: Christophe Kantcheff