Nouveau Front populaire : halte aux mensonges politiques et médiatiques

Robert Ménard, maire de Béziers proche du Rassemblement national, l’eurodéputé RN Matthieu Valet, le président de Reconquête Eric Zemmour et Manuel Valls, ancien Premier ministre de François Hollande, qui a dit sa colère de voir ce dernier se présenter aux législatives sous la bannière Nouveau Front populaire. Le plateau de la première édition de On marche sur la tête, le 17 juin, ne laisse aucun doute sur les visées de la nouvelle émission quotidienne d’Europe 1 confiée à Cyril Hanouna : faire la promotion d’une alliance entre la droite et l’extrême droite, appelée de ses vœux par son patron Vincent Bolloré. Sur un total de dix invités politiques les trois premiers jours, trois appartiennent au RN, trois aux Républicains, un à Reconquête et un à Debout la France.

Ce 19 juin, l’Arcom s’est déjà fendue d’une lettre à Europe 1, révélée par Le Monde, pour rappeler la radio à ses obligations de « pluralisme » et de traitement « avec mesure et honnêteté [de] l’actualité électorale ».

Pour sa dernière édition de la saison de Touche pas à mon poste (C8), Cyril Hanouna avait par ailleurs appelé en direct le président du RN Jordan Bardella pour que l’eurodéputée Reconquête Sarah Knafo lui propose une alliance.

Le SNJ-CGT dénonce cette « extrême-droitisation », qui dépasse la sphère Bolloré (C8, CNews, Europe 1, JDD…). Mediapart a ainsi révélé l’envoi par une rédactrice en chef de BFMTV à ses programmateurs d’une liste « d’éditos [éditorialistes] droite et droite + », à inviter sur les plateaux de la chaîne, dont un certain nombre de journalistes Valeurs actuelles. Par ailleurs, certains, jusque dans la rédaction de Radio France, se demandent si il faut continuer de qualifier le RN d’extrême droite, alors que le Conseil d’Etat a tranché dans ce sens (lire le communiqué du SNJ-CGT de Radio France).

Au-delà, une insupportable petite musique essaime dans les…

La suite est à lire sur: www.acrimed.org
Auteur: