Où sont les utopies

Où sont les utopies crip ?

Bonne question hein ? On se connaît pas, mais perso, j’ai jamais lu de fiction utopiques alternatives incluant des gens comme moi. J’entends par là des personnes qui ne sont pas valides, qui ne peuvent pas s’adapter ou assurer leur survie par leurs propres moyens. La vérité, c’est que c’est possible pour personne, mais certain·es sont mieux équipé·es que d’autres. Je sais très bien ce qui arrive aux gens comme moi selon la collapsologie ou les scénarios dystopiques. Dans le « meilleur » des cas, j’ai le droit à une euthanasie en règle avant que tout parte en vrille, dans le pire, je finis d’une manière plus ou moins génocidaire sous la main d’une forme cruelle d’autorité.

Dans le monde post-révolutionnaire, capitaliste ou autoritaire : je disparais, tout simplement. Je n’existe plus dans ces futurs, comme j’existe à peine dans ce présent. Si vous lisez sur ces idéaux dans lesquels les gens se projettent, militant·e·s ou gens ordinaires, je n’en fais pas partie. Au mieux, je suis un ajout de dernière minute.

Quand des gens comme moi demandent « Et nous » ? Que deviendront celleux qui ne pourront pas cultiver leur propre nourriture ? celleux qui ne peuvent pas vivre seul·e·s dans la foret. Qu’est-ce qui se passera pour celleux qui ont besoin de médicaments pour rester en vie ? Que devenons-nous dans ce futur radieux ? Là, il existe deux types de réponses :

Commençons par l’honnête :
« Désolé, mais la seule raison pour laquelle vous êtes en vie, c’est cette société foireuse, et c’est un prix absurdement élevé à payer, vu toute la souffrance que ça implique. Dans le futur que nous construisons, il n’y a pas de place pour la maladie ou la faiblesse, c’est comme ça. Tu meurs quand tu tombes malade et tu te caches dans la forêt quand tu es trop vieux/vieille pour suivre le groupe. » Bien sûr, les choses sont généralement dites avec plus de…

La suite est à lire sur: iaata.info
Auteur: IAATA