"Oubliés" de la campagne, les pêcheurs réunis pour leurs assises à Lorient

« Où est la pêche » dans les programmes pour les législatives? Les pêcheurs français, réunis jeudi et vendredi pour leurs assises annuelles à Lorient (Morbihan), s’inquiètent de l’avenir de leur secteur chahuté par le Brexit, de restrictions d’activité et des « injonctions contradictoires » sur la décarbonation.

« On ne sait plus trop où on va », déplore Olivier Le Nézet, président du Comité national des pêches (CNPMEM), décrivant à l’AFP une « situation bloquée » avec un gouvernement muet en cette période de réserve électorale, alors que de nombreux dossiers sont en souffrance.

A Lorient, dont la criée a été rétrogradée en 2023 au troisième rang français, la liste du président du Rassemblement national Jordan Bardella est arrivée en tête aux élections européennes, mais avec un score inférieur (23%) à celui au niveau national.

Le CNPMEM, qui se veut « apolitique », constate chez les pêcheurs un rejet de plus en plus bruyant de la politique européenne et leur sentiment d’être abandonnés par l’Etat.

Les assises sont organisées par les médias Ouest-France et Le Marin.

« Nouveau coup »

Le secteur est « toujours aussi fragilisé » et on ne voit « pas d’embellie » pour la troisième flotte européenne, vieillie, qui peine à se renouveler.

Les conséquences du Brexit – et l’envoi à la casse de 90 navires français en 2023, notamment faute de pouvoir pêcher dans les eaux britanniques – ne sont encore pas digérées.

Les ports bretons ont payé le plus lourd tribut, perdant 40 bateaux. Ils subissent aussi les conséquences de la crise à l’échelle européenne, avec « la sortie de 75 navires irlandais qui débarquaient leurs poissons dans nos ports », souligne Olivier Le Nézet.

Cet hiver, la fermeture du golfe…

La suite est à lire sur: www.la-croix.com
Auteur: AFP