« Pas un centime de plus pour les bassines » : manifestation le 15 décembre

Pour financer leurs mégabassines, les agro-industriels ont besoin de pomper dans les caisses publiques. De nouveau, la FNSEA et consorts tentent de financer leurs grands projets inutiles et destructeurs avec notre argent. Pour les seules bassines du Poitou, ils réclament une aide publique de plus de 50 %, soit une facture cumulée de plusieurs dizaines de millions d’euros qu’ils souhaitent faire payer à l’ensemble des habitant.es des bassins ligérien et breton, via l’Agence de l’eau Loire-Bretagne. 

Sans ces financements publics, pas de mégabassine !

La construction de leurs cratères bâchés, l’installation de leur système de pompage tentaculaire, le maintien de leur modèle agricole industriel représentent, en effet, des investissements colossaux que les accapareurs seuls pourraient difficilement assumer.

Surtout que la facture s’alourdit avec la hausse des prix des matériaux, de l’électricité, des intrants chimiques, des frais de bunkérisation des chantiers et des bassines existantes pour faire face à notre mouvement d’opposition croissant. Une facture qui pourrait exploser en cas d’entêtement du gouvernement ou de généralisation de ces réserves.

Déjà 31 320 € réunis, on compte sur vous !

Cette campagne de financement annuel est essentielle pour permettre à basta! de poursuivre et enrichir son travail. Un journal à prix libre, ça ne fonctionne que si suffisamment de personnes jouent le jeu.

Et si c’était votre tour ?


C’est parti, je participe !
Soutenez BASTA!

Le financement public de 30 mégabassines à l’étude

Dans les prochains mois, l’Agence de l’eau Loire-Bretagne doit se positionner sur le financement des mégabassines en projet dans le Poitou. Son conseil d’administration doit délibérer, d’une part, sur le financement du projet des 30 mégabassines dans la Vienne suite à sa validation en catimini par le préfet Girier, membre de la garde rapprochée de Macron, quelques jours seulement après la manifestation de Sainte-Soline, et, d’autre part, sur une demande de rallongement budgétaire pour les bassines des Deux-Sèvres.

Les élus du conseil d’administration de l’Agence de l’eau Loire-Bretagne autoriseront-ils le financement de ces projets d’accaparement de l’eau au profit d’une poignée d’exploitants alors que les inégalités sociales s’aggravent, notamment dans le monde agricole, et que les effets du changement climatique accentuent les difficultés d’accès à l’eau ?

Autoriseront-ils le…

La suite est à lire sur: basta.media
Auteur: Collectif