« Pierre Fabre », l’entreprise derrière l’autoroute A69, « promeut le poison pour vendre le remède »

Conçu il y a près de 30 ans, le projet de l’autoroute A69 est censé « désenclaver » le territoire du sud du Tarn. C’est en 2006, après des années de lobbying acharné, que Pierre Fabre, fondateur du groupe pharmaceutique du même nom et deuxième groupe dermo-cosmétique mondial, avait fini par convaincre le gouvernement français.

L’illustre entrepreneur est décédé depuis 10 ans, mais son héritage perdure. L’alliance politico-économique est désormais tellement soudée autour de ce projet que les décideurs locaux étaient tous présents lors des 20 ans de la fondation Pierre Fabre, qui représente les marques phares de la parapharmacie française : Klorane, A-Derma, Avène, René Furterer, Elgydium.

Étaient ainsi sur place la présidente de la Région Occitanie Carole Delga, l’ex-député du Tarn et actuel maire de Lavaur Bernard Carayon, le président du Conseil départemental Christophe Ramond ou encore le député de la 3ème circonscription du Tarn Jean Terlier. Ce dernier a profité de la cérémonie pour remercier l’Etat de sa participation financière au projet d’autoroute A69 (de près de 100 millions d’euros).

Pierre Fabre a énormément contribué au développement de la région. C’est grâce à lui que la ligne ferroviaire reliant Toulouse à Mazamet a rouvert un arrêt dans la zone d’activités des Cauquillous de Lavaur où sont installés « plus de 600 de ses collaborateurs ». Mais le projet d’autoroute d’antan ne correspond plus aux réalités du groupe aujourd’hui.

« Ce projet avait du sens il y a 30 ans après la réfection de la gare, lorsque l’on avait une seule usine à Soual (commune sur le tracé de la future autoroute, ndlr). Mais aujourd’hui, aucune personne de l’entreprise ne voit ce que cela va nous apporter puisqu’on a maintenant un centre de livraison sur Toulouse. Parmi les employés, personne ne veut…

La suite est à lire sur: lareleveetlapeste.fr
Auteur: Laurie Debove