Polluants éternels : l’Assemblée nationale plie face au lobbying industriel de Tefal.


Une étude inquiétante révélait en 2022 que même l’eau de pluie ne serait plus potable. Selon des scientifiques de l’Université de Stockholm, les taux de PFAS – une gamme de produits chimiques utilisés massivement dans l’industrie et qualifiés de polluants chimiques «éternels» – sont 14 fois plus élevés que les recommandations de l’EPA, l’agence de protection de l’environnement américaine, dans des gouttes de pluie. Y compris dans l’eau de pluie mesurée en Antarctique et sur les sommets de l’Himalaya.


Les PFAS se désintègrent de façon très lente. Ils sont désormais présents en quantité dans l’air et donc aussi dans l’eau. Et ne sont toujours pas interdits à la vente dans de nombreux pays, dont la France.

Ces polluants, ultratoxiques pour les écosystèmes et pour la santé humaine (cancérigènes et présentant d’importants risques pour les systèmes cardiovasculaires, reproductifs et hormonaux), se trouvent dans un grand nombre de produits et objets du quotidien. Y figurent notamment les emballages alimentaires, le maquillage, les vêtements, le papier toilette, les poêles antiadhésives…

Une loi du groupe écologiste portant sur l’interdiction de ces polluants éternels, les per- et polyfluoroalkylées a été adoptée à l’unanimité par l’Assemblée nationale ce jeudi 4 avril. Mais cette victoire laisse un goût sacrément amer dans la lutte pour l’interdiction de ces substances nuisibles.

La majorité présidentielle, qui a à nouveau marché main dans la main avec le RN, a plié face à la pression d’un industriel. Le texte prévoit d’ici à 2027 d’interdire l’utilisation des produits contenant des PFAS dans l’industrie textile, cosmétique et la fabrication de ski, mais épargne les ustensiles de cuisine.

Menacée par la proposition de loi qui comprenait à l’origine une interdiction des produits à usage alimentaire contenant des PFAS, l’entreprise Tefal – qui produit des…

La suite est à lire sur: contre-attaque.net
Auteur: Phonax