Pour commenter l’attaque néo-nazie : BFM invite 6 représentants d’extrême droite en quelques heures !

Dans la nuit de samedi à dimanche, 80 néo-nazis de toute la France organisaient une descente à Romans-Sur-Isère. En parallèle, des actions similaires avaient lieu dans de nombreuses villes : Paris, Grenoble, Lyon, Nantes… Lundi 27 novembre, pour commenter cette actualité, BFM n’a pas invité d’historiens ou d’antifascistes à même d’expliquer le phénomène. Non, elle a invité l’extrême droite responsable de cette attaque. Et pas juste une fois. Pas deux non plus. Non, six représentants de l’extrême droite en quelques heures :

➡️ 14h05 : «Ce n’est pas que l’ultradroite qui manifeste, c’est tous les Français» explique Gilbert Collard à l’antenne.

➡️ 14h45 : Stéphane Ravier, bras droit de Zemmour dit que l’attaque nazie c’est en fait la France qui en a «ultra-marre».

➡️ 18h37 : place au député RN Laurent Jacobelli, pluralité de l’extrême droite : il n’y a pas de raison de ne donner la parole qu’au Zemmouristes.

➡️ 19h13 : BFM donne la parole à deux militants des groupes néofascistes «Furie Française» et «Patria Albiges», qui déroulent tranquillement leurs éléments de langage sur la «défense de l’occident» sans contradiction ni analyse.

➡️ 20h43 : Stanislas Rigault, troisième membre de Reconquête invité depuis le début de l’après-midi, dit : «Je ne condamnerai jamais des jeunes Français qui vont manifester pour s’opposer à l’insécurité».

La veille au soir, Eric Ciotti avait déjà été invité en prime time et avait «refusé de condamner» la descente néo-nazie, tout en déversant ses insultes et diffamations habituelles sur la gauche. Rappelez-vous qu’à chaque (rare) fois qu’un invité de gauche est invité, il est obligé de condamner la moindre manifestation, sous peine de déclencher une polémique nationale et un torrent d’attaques.

Des nazis passent à l’action, et la première chaine en continu de ce pays invite uniquement l’extrême…

La suite est à lire sur: contre-attaque.net
Auteur: B