Pourquoi il est grand temps de changer nos représentations des femmes scientifiques

Le 11 février marque la Journée internationale des femmes et des filles de sciences organisée par l’Unesco. Elle a pour but de favoriser et accroître la participation des femmes et des filles dans les domaines scientifiques.

En France, alors que la parité était presque atteinte dans les séries S, la réforme des programmes de lycée en 2020, en supprimant les mathématiques dans le tronc commun, a annihilé des années d’efforts vers l’égalité. Le nombre de filles dans les sections de maths au lycée a chuté : 40 % seulement en spécialité mathématiques, 30 % en maths expert. Soit une baisse de 28 % des effectifs féminins dans les sciences en terminale entre 2019 et 2021, et la spécialité « Numérique et sciences de l’informatique » est particulièrement abandonnée par les filles. Ces générations ne vont donc pas modifier les profils des filières à l’université.

Les mathématiciennes, par exemple, stagnent à 20 % depuis longtemps. Les maths sont indispensables pour accéder aux professions scientifiques, techniques, économiques et devenir ingénieure ou programmeuse. Une heure et demie de maths ont certes été réintroduites en 2023 dans les programmes pour consolider la culture de ceux et celles qui ne prennent pas la spécialité maths. Toutefois cela n’est pas suffisant pour intégrer des filières scientifiques dans le supérieur. Quelles actions envisager pour inverser cette courbe décroissante ?

La moitié des talents

En décembre 2023, France a obtenu de mauvais résultats à l’étude PISA de l’OCDE évaluant les acquis des élèves (elle se classe à la 23ᵉ place en maths). Par manque d’ingénieures et d’ingénieurs, la France risque de se laisser distancer dans des domaines cruciaux liés à l’intelligence, artificielle, la robotique, la modélisation et elle ne peut se priver de la moitié de ses talents.

Les équipes mixtes ont démontré être plus innovantes et productives que les…

La suite est à lire sur: theconversation.com
Auteur: Sandrine Aragon, Chercheuse en littérature française (Le genre, la lecture, les femmes et la culture), Sorbonne Université