Pourriez-vous être un célibataire heureux ? Tout dépend de votre type d’attachement

Les célibataires manquent-ils tous de confiance ?

Si l’on pense à des personnes qui sont célibataires depuis longtemps, on peut supposer que c’est parce qu’elles sont peu sûres d’elles et qu’il leur est difficile de trouver un conjoint ou d’entretenir une relation de couple.

Est-ce forcément le cas ? Y a-t-il des personnes qui vivent bien un long célibat, qui ont de l’assurance et sont épanouies ?

Nos dernières recherches, publiées dans le Journal of Personality, semblent indiquer que c’est possible. Toutefois, et cela ne surprendra personne, ce n’est pas tout le monde qui vit bien son célibat. Notre étude montre que cela pourrait dépendre du style d’attachement.

Le célibat en hausse

Partout dans le monde, le célibat est en hausse. Au Canada, le taux de célibat chez les jeunes adultes âgés de 25 à 29 ans est passé de 32 % en 1981 à 61 % en 2021. Le nombre de personnes vivant seules est passé de 1,7 million en 1981 à 4,4 millions en 2021.

On peut être célibataire pour diverses raisons : par choix, par désir de se concentrer sur des objectifs et des aspirations personnels, parce que rencontrer quelqu’un est plus difficile qu’avant ou parce qu’on vient de vivre une rupture.

On peut aussi être célibataire en raison de son type d’attachement. La théorie de l’attachement est un modèle populaire et bien documenté sur la manière dont les gens établissent des relations. Une recherche sur la théorie de l’attachement sur Amazon renvoie à des milliers de titres. Le mot-clic #attachmenttheory a obtenu plus de 140 millions de vues rien que sur TikTok.

Que nous apprend la théorie de l’attachement sur les relations ?

La théorie de l’attachement propose que nos relations interpersonnelles sont façonnées par notre tendance à l’« anxiété » ou à l’« évitement ».

L’anxiété de l’attachement est une insécurité qui rend les gens inquiets dans leurs relations et…

La suite est à lire sur: theconversation.com
Auteur: Christopher Pepping, Associate Professor in Clinical Psychology, Griffith University