Pyongyang va lancer trois autres satellites et exclut de se réconcilier avec Séoul

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a exclu toute « réconciliation » avec la Corée du Sud, et le parti au pouvoir a annoncé le lancement de trois nouveaux satellites espions en 2024, a rapporté dimanche l’agence officielle KCNA.

Le Parti des travailleurs de Corée, au pouvoir à Pyongyang, a tenu pendant cinq jours une réunion plénière de son Comité central, grand-messe de fin d’année au cours de laquelle sont décidées les orientations stratégiques du pays.

« La tâche de lancer trois satellites de reconnaissance supplémentaires en 2024 a été déclarée » au cours de cette réunion, qui s’est achevée samedi, a indiqué KCNA.

Après deux échecs successifs en mai et en juin, la Corée du Nord a mis en orbite avec succès en novembre son premier satellite d’observation militaire. Le régime a depuis affirmé qu’il fournissait des images des principaux sites militaires américains et sud-coréens, sans toutefois montrer ces images qu’il dit détenir.

La Corée du Nord est interdite par les séries successives de résolutions de l’ONU de procéder à des tests utilisant la technologie balistique, et les analystes affirment qu’il existe un chevauchement technologique important entre les capacités de lancement spatial et le développement de missiles balistiques.

Aide de la Russie

Les services de renseignement sud-coréens estiment que Pyongyang a reçu une aide technologique décisive de la Russie, où Kim Jong Un s’est rendu en septembre et a rencontré le président Vladimir Poutine, pour réussir à mettre en orbite ce satellite, le « Malligyong-1 ».

Selon les experts, la mise en orbite d’un satellite espion opérationnel optimiserait la quête de renseignements nord-coréenne, en particulier sur son rival du Sud, en ayant accès à des données…

La suite est à lire sur: www.la-croix.com
Auteur: