Raid contre l'ambassade: les diplomates mexicains s'apprêtent à quitter l'Equateur

Le personnel diplomatique mexicain basé à Quito va quitter l’Equateur dimanche, deux jours après le raid policier contre l’ambassade du Mexique qui a déclenché la réprobation internationale et la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays.

L’

Dix-huit personnes, diplomates et membres de leur famille, vont partir dimanche vers Mexico à bord d’un vol commercial, a annoncé samedi le ministère des Affaires étrangères mexicain dans un communiqué.

Parmi elles figurent l’ambassadrice Raquel Serur – qui avait été déclarée « persona non grata » par l’Equateur – et le chef de la mission diplomatique Roberto Canseco. Tous seront accompagnés à l’aéroport par des personnels de « pays amis et alliés » qui ont proposé de « veiller » à leur « intégrité », détaille le ministère.

L’intrusion vendredi dans l’ambassade, sans précédent récent dans le monde, a été condamnée par les gouvernements de gauche d’Amérique latine, du Brésil au Venezuela, en passant par le Chili, et même par l’Argentine du président ultralibéral Javier Milei.

La plupart d’entre eux ont cité la convention de Vienne, qui garantit l’inviolabilité des ambassades.

Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres s’est dit samedi « alarmé » par le raid, estimant que toute violation des enceintes diplomatiques « compromet la poursuite de relations internationales normales », selon son porte-parole.

La présidente du Honduras, Xiomara Castro, qui assure la présidence temporaire de la Communauté des Etats d’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC), a appelé à une réunion d’urgence lundi.

L’Organisation des États américains (OEA) a exprimé son rejet de « toute action qui viole ou compromet l’inviolabilité des locaux des représentations diplomatiques ».

Le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador a dénoncé une « violation flagrante du droit international et de la souveraineté du Mexique », et dit son intention de porter l’affaire devant la Cour…

La suite est à lire sur: www.la-croix.com
Auteur: