Raphaël Glucksmann : « Il faut sortir l'écologie politique de son ghetto »

Raphaël Glucksmann est la tête de liste d’une alliance entre le Parti socialiste et Place publique, aux élections européennes du 6 au 9 juin 2024. Retrouvez sur Reporterre les entretiens des autres candidates de gauche, Manon Aubry (La France insoumise) et Marie Toussaint (Les Écologistes).


Reporterre — Lors de votre précédente mandature, vous vous êtes illustré sur la question des droits humains, moins sur l’écologie. Est-ce réellement une priorité pour vous ?

Raphaël Glucksmann — C’est une priorité absolue. Le cœur de notre projet européen, c’est l’avènement d’une puissance écologique. Ces deux mots sont rarement accolés, mais moi, je veux montrer que la bifurcation écologique est la base de la puissance européenne, promotrice des droits humains.

Si vous voulez défendre les droits humains, vous ne pouvez pas dépendre des tyrannies fossiles, que sont la Russie, l’Azerbaïdjan, le Qatar ou l’Arabie saoudite. L’addiction aux fossiles est une négation politique des droits humains. La question ukrainienne le démontre. On a laissé Poutine envahir la Géorgie, la Crimée, le Donbass. On l’a laissé attaquer la souveraineté de nos nations. Et tout cela, en grande partie à cause de notre dépendance au gaz et au pétrole russes.

La révolution énergétique n’est pas simplement une exigence climatique. C’est aussi la condition de notre liberté politique. Ma vision concilie donc trois questions rarement mises côte à côte : celle des droits humains, par laquelle je suis entré dans la vie politique, celle de l’écologie et celle de la sécurité, aujourd’hui essentielle dans notre monde en guerre.

Vous êtes la tête de liste d’une alliance avec le Parti socialiste. Or, au PS, on compte notamment la présence de Carole Delga, fervente défenseuse d’un projet d’autoroute décrié par les scientifiques, en Occitanie. Quelle est votre position sur l’A69 ?

Notre position a toujours été très…

La suite est à lire sur: reporterre.net
Auteur: Emmanuel Clévenot, Justine Guitton-Boussion, Mathieu Génon