RD Congo : la majorité des abus contre les enfants au Nord Kivu notée dans les zones de combat (HCR)

Selon l’Agence de l’ONU pour les réfugiés (HCR), 164 cas d’abus des droits de l’enfant ont été signalés au cours du mois de mai, dont plus de la moitié (91 cas) étaient des violations graves. 

Le rapport de situation du HCR fait état de cas de meurtres et mutilation d’enfants (36 % des cas), des actes de violences sexuelles commises contre des enfants (25 %), recrutement/utilisation d’enfants (18 %), et de l’enlèvement des enfants (19 %).

La majorité de ces violations graves (87 %) ont été enregistrées dans les zones de combat, pendant le retrait des acteurs parties au conflit ou dans les zones contrôlées par des groupes armés. « Ces zones ont connu une recrudescence de meurtres d’enfants par bombes et des violences sexuelles et le recrutement, particulièrement dans la zone de Nyiragongo », a détaillé dans son rapport, le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR).

La MONUSCO et ses partenaires, par le biais du programme PDDRCS, ont facilité la libération de 12 enfants du groupe armé UFDPC basé dans la province du Nord-Kivu de la République démocratique du Congo.

Plus de 1.000 violations graves à l’encontre d’enfants dans l’Est de la RDC

Dans le détail, le document montre qu’à Béni, des enfants auraient été enlevés par les Forces démocratiques alliées (ADF) lors des différentes attaques. A Nyiragongo, le recrutement/utilisation de certains enfants dans un groupe armé aurait été noté.

« À Rutshuru, les groupements Mutanda, Bishusha, Bambu, Kihondo et Kanyabayonga ont été affectés par les meurtres et mutilations d’enfants, les enlèvements et les actes de violences sexuelles commises contre des enfants dans le contexte des affrontements et représailles ». 

A noter que les Nations Unies ont vérifié plus de 1.000 violations graves à l’encontre d’enfants dans les trois provinces orientales de l’Ituri, du…

La suite est à lire sur: news.un.org
Auteur: Nations Unies FR