Récup’ et sobriété : les low-tech font leur festival

En ce début d’été, deux journalistes de La Relève & la Peste se sont embarqués dans un tour de Bretagne à vélo. L’objectif de cette itinérance : partir à la découverte d’initiatives autour des low-tech. Les low-tech ? Ce sont – pour reprendre la définition du Low-tech Lab, qui fait référence en la matière – des technologies à la fois utiles, accessibles et durables, donc particulièrement adaptées aux enjeux actuels. C’est aussi une véritable philosophie de vie, puisqu’en réfléchissant sur l’impact environnemental des outils du quotidien, il s’agit de repenser sa manière de vivre d’un point de vue global. C’est enfin un concept émergeant, qui prend de plus en plus d’ampleur, et suscite déjà un vif enthousiasme et de nombreux débats. Une aventure de Marine Wolf & Elouan Ameline.

Sur le port de Concarneau, un village éphémère s’est installé pour 10 jours. Le Low-Tech Festival rassemble une multitude d’acteurs de ce secteur, afin de faire découvrir au public les initiatives qui ont émergé autour du sujet. Celui-ci est organisé par le Low-tech Lab, créé en 2014 dans le but de faire connaître les low-tech et de permettre au plus grand nombre de se les approprier.

En lien direct avec cette association, l’expédition du Nomade des Mers, un voyage en catamaran imaginé par Corentin de Chatelperron pour documenter et expérimenter des low-tech tout autour du globe.

En ce mois de juin, l’équipage du Nomade des Mers rentre au port après 6 ans de tour du monde. Dans le même temps, un bon nombre de projets du Low-Tech Lab arrivent à leur terme et un autre cycle s’ouvre avec de nouveaux projets plus ancrés dans le territoire. L’occasion de témoigner sur leurs expérimentations mais également de mettre en lumière d’autres projets en rassemblant des acteurs du territoire français.

« Notre objectif c’est vraiment de rassembler autour de la low-tech, car on pense que c’est tous ensemble que l’on peut faire mieux », note Quentin Mateus, porteur du projet d’exploration “Les Enquêtes du Low-tech Lab” et engagé sur le festival.

Crédit : Marine Wolf & Elouan Ameline

« Quel que soit notre stade de transition ou d’intéressement à la low-tech, on trouve quelque chose qui nous correspond sur le festival. L’expo sur le voyage du Nomade des Mers, c’est léger mais ça permet de découvrir le sujet.  Après, il y a des acteurs beaucoup plus concrets, des formations pour installer chez soi des systèmes d’autonomie énergétique par…

La suite est à lire sur: lareleveetlapeste.fr
Auteur: Marine Wolf