Rima Hassan : la candidate franco-palestinienne convoquée pour "apologie du terrorisme"

Rima Hassan : la candidate franco-palestinienne convoquée pour “apologie du terrorisme”


Jusqu’où ira l’État français ?


Depuis des mois, elle est diffamée, censurée, cible de campagne racistes : Rima Hassan Mobarak est une juriste franco-palestinienne et aujourd’hui candidate aux élections européennes sur la liste de la France Insoumise.

La jeune femme est née dans un camp de réfugiés en Syrie, car son père a été chassé de Palestine lors de la Nakba en 1948, la grande épuration ethnique qui a créé l’État israélien. Cette année-là, des centaines de milliers de palestiniens avaient été délogés de leur terre et sont parqués depuis plusieurs générations dans des camps en Syrie, au Liban ou à Gaza.

Héritière de cette douloureuse histoire, Rima Hassan Mobarak est arrivée en France à l’âge de 10 ans et est devenue juriste. Elle milite pour la cause palestinienne avec une grande dignité, réclamant le droit au retour pour les palestiniens chassés en 1948 et rêve de la création d’un État démocratique et multiconfessionnel en Palestine.

Non seulement elle n’est guère invitée dans les médias – alors qu’elle maîtrise parfaitement le sujet et pourrait apporter des éclairages décisifs au public sur la guerre en cours – pendant que les propagandistes israéliens monopolisent les plateaux télés – mais son engagements lui valent des persécutions folles.

Une horde d’agents pro-Netanyahou travaille quotidiennement à la salir et à l’empêcher de s’exprimer. Par exemple, cette bande a fait annuler un contrat qu’elle avait avec L’Oréal et sont invitation à une soirée des «40 femmes de l’année». Le Le 6 novembre, Rima Hassan recevait une photo d’obus israéliens avec un message inscrit en français dessus : «Rima, tiens cadeau pour tes copains du Hamas».

Depuis qu’elle est candidate aux Européennes, les diffamations redoublent d’intensité dans les médias, sans que l’intéressée ne puisse se défendre. La meute se déchaîne.

Ces derniers jours, ce harcèlement a…

La suite est à lire sur: contre-attaque.net
Auteur: Phonax