Rumeur en politique : un storytelling inverse

Est-ce que la « fièvre » dont nous a parlé Emmanuel Macron lors de son allocution du dimanche 9 juin s’est emparée de nous ? Sommes-nous prêts à croire toutes les histoires ? Repris par Europe 1, par Voici, puis par d’autres, comme Le Monde, de manière plus détournée, le scénario d’une démission de l’actuel président de la République s’est répandu comme une trainée de poudre.

Depuis, avec de nombreux rebondissements à droite (alliance avec le RN, Eric Ciotti enfermé au QG des Républicains, éclatement du parti, etc.) comme à gauche (création d’un front populaire, candidature retirée d’Adrien Quatennens, retour surprise de François Hollande, etc.), la vie politique de ces derniers jours s’est rapprochée d’un feuilleton à la Dallas. Et les rumeurs y ont joué un rôle moins anecdotique qu’il n’y paraît. Décryptage.

Objet non identifié des sciences humaines et sociales, la rumeur peine encore à être reconnue comme corpus légitime. Une définition commune semble néanmoins partagée, celle du chercheur en psychologie Robert Knapp. Pour celui-ci, la rumeur est une :

« déclaration destinée à être crue, se rapportant à l’actualité et répandue sans vérification officielle ».

Une définition qui mérite d’être complétée, tant la rumeur soulevée d’enjeux politiques, dont la question du contrôle et du pouvoir. En effet, le contenu informatif de la rumeur échappe au domaine traditionnel défini par le droit public.

La rumeur comme ciment du collectif

La rumeur serait le plus vieux média du monde. Il s’agit de la forme non officielle de l’information qui circule. On en trouve trace dès l’Antiquité. À l’époque déjà, les rumeurs politiques permettent une circulation rapide de l’information concernant la chose publique.

Les chercheurs parlent de « langage parallèle » ou de « folklore narratif ». La rumeur est la seconde langue du corps social. Plus que…

La suite est à lire sur: theconversation.com
Auteur: Élodie Laye Mielczareck, Sémiolinguiste spécialisée dans le langage verbal et non verbal, Université Bourgogne Franche-Comté (UBFC)