Scandale sanitaire : des tumeurs causées par des médicaments destinés à des pathologies gynécologiques


Une récente étude publiée par le British Médical Journal, le 27 mars 2024, démontre que plusieurs contraceptifs progestatifs notamment utilisés pour le traitement des symptômes de l’endométriose et d’autres pathologies gynécologiques sont la cause de tumeurs cérébrales (méningiomes intracrâniens), dont les médicaments Androcur, Lutéran et Lutenyl.


D’autres progestatifs n’ont pas encore fait l’objet d’étude sur ces risques, notamment Dienogest (pourtant remboursé par la sécurité sociale depuis 2020 en France), ou encore sur l’acétate de médroxyprogestérone, un contraceptif injectable qui concerne pas moins de «74 millions d’utilisatrices, souvent précaires, principalement dans des pays à bas niveau socio-économique».

Ces médicaments sont non seulement utilisés comme contraceptifs, mais aussi bien souvent comme seules propositions pour alléger les symptômes de différentes pathologies gynécologiques telles que l’endométriose, le syndrome des ovaires polykystiques ou encore en traitement hormonal substitutif de la ménopause ou dans des parcours de PMA. Ce sont plusieurs centaines de milliers de personnes qui sont concernées rien qu’en France !

On se doute que si de telles tumeurs étaient provoquées par un médicament pris par une large partie de la population masculine, cela provoquerait une onde de choc dans le corps médical mais également dans toute la société, jusqu’aux plus hautes sphères de l’État. Mais sans surprise, lorsqu’il s’agit de médicaments aux risques létaux prescrits uniquement à des femmes et personnes menstruées… alors le scandale est vite oublié.

Ces révélations ne sont pourtant pas nouvelles, puisque l’Agence Nationale du médicament publiait déjà une étude sur le sujet le 26 juin dernier, comme le rapporte le journal Libération, qui avait déjà publié un article sur une précédente étude de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament cinq ans…

La suite est à lire sur: contre-attaque.net
Auteur: B