Sexisme et violences : la face sombre du journalisme

En 2021, séisme dans le milieu des médias : une journaliste va donner une voix à beaucoup d’autres et faire l’état du sexisme dans le milieu du journalisme sportif. Elle s’appelle Marie Portolano, et son film Je ne suis pas une salope, je suis journaliste, va faire l’effet d’une déflagration.

Plusieurs journalistes connus sont mis en cause, et on réalise, preuve à l’appui, que nous avons collectivement accepté des agressions sexuelles en direct à la télévision, sans que cela ne fasse scandale. Avec son film, c’est toute une culture sexiste qui est remise en cause, et la souffrance des femmes qui est documentée dans un long métrage. Mais tout ne va pas se passer comme prévu : non seulement une partie du documentaire va être censurée, mais le film va être retiré des plateformes juste après sa sortie. Aujourd’hui, son autrice revient avec un livre, où elle persiste et signe, pour dénoncer et décrire l’ambiance sexiste et les délits commis dans le milieu du journalisme. Une contribution importante à un mouvement #MeToo dans ce milieu, qui n’en est probablement qu’à ses prémices.

Notre site est accessible à tous

Tous nos articles sont donc lisibles, sans abonnement. Blast a choisi ce modèle pour que toutes les personnes qui n’en ont pas les moyens puissent s’informer.

Vous pouvez faire un don à partir de 1€, et vous abonner à partir de 5€.

C’est grâce à vous que nous pouvons rester indépendants et accessible à toutes et tous.

Je soutiens Blast

Merci !

Crédits photo/illustration en haut de page : Diane Lataste

La suite est à lire sur: www.blast-info.fr
Auteur: Blast