SNPC clashé : A bas le syndicat national des propriétaires

A BAS LE SYNDICAT NATIONAL DES PROPRIETAIRES, QUI AGIT CONTRE LE DROIT AU LOGEMENT ET POUR LES INTERETS DES RENTIERS

En marge du Housing Action Day, journée de lutte pour le droit au logement, le syndicat national des propriétaires (SNPC) a été recouvert de peinture cette nuit par des militants pour le droit au logement. En écrivant : « vous empochez, on crève », ils pointent du doigt le SNPC en tant que représentant des bailleurs rentiers.

A Bruxelles, une population déjà plus pauvre que dans le reste du pays doit se loger sur un marché en moyenne plus cher que partout ailleurs. Les loyers ne cessent d’augmenter, bien au-delà de l’inflation (+20% net entre 2004 et 2018 selon l’observatoire des loyers). Pour les ménages précaires, nombreux dans la capitale, la part du revenu alloué au paiement du loyer dépasse souvent les 50%. Autant d’argent qui ne sera pas dépensé dans les soins de santé, la scolarité des enfants ou les activités extra-scolaires, les loisirs, une nourriture de qualité, etc. Les logements abordables et salubres manquent cruellement, ce qui créé une forte concurrence entre les locataires aux revenus modestes, prêts à accepter n’importe quel logement pour n’importe quel loyer. Ceci ouvre la porte à tous les abus de la part des propriétaires bailleurs et des marchands de sommeil. Face à la peur de perdre leur logement, les locataires n’envisagent souvent pas de défendre des droits pourtant inscrits dans le code du logement, et quand bien même ils le font, la justice de classe reste clairement en faveur des propriétaires. Les politiques de rénovation urbaine (Contrats de quartier, etc.) des quartiers populaires aggravent encore plus cet envol des loyers au nom de la mixité sociale, concept donnant aux riches le pouvoir magique d’apporter aux pauvres leur salut (en leur raflant la mise).

La situation devient insoutenable, au point que même l’OCDE

La suite est à lire sur: stuut.info
Auteur: