Sport français : il vaut mieux commettre des agressions racistes que défendre Gaza

Bastien Chalureau est un rugbyman de 31 ans mesurant 2 mètres et pesant 120 kilos. C’est aussi une brute raciste. À Toulouse le 31 janvier 2019, le joueur avait agressé un SDF avant d’attaquer des joueurs de rugby racisés : Yannick Larguet et Nassim Arif. L’un d’eux raconte : «J’ai entendu une personne qui criait : “Ça va les bougnoules ?” Je me suis retourné et j’ai aperçu un gars costaud.» Sous une pluie d’insultes racistes, il reçoit un coup de poing envoyé «de toutes ses forces dans la mâchoire». Sonné, le joueur voit son ami roué de coups. Il raconte que l’agresseur «était hystérique, enragé». Il a même cogné ses propres amis qui tentaient de l’arrêter. Résultat : dents cassées, commotion cérébrale, une lèvre ouverte… Le rugbyman raciste sera condamné à une peine avec sursis. Le joueur Raphaël Poulain expliquait à l’époque que Chalureau est un récidiviste : «Ce n’est pas le premier fait d’arme. C’est l’homme en lui même qui est profondément raciste».

Il a pourtant été appelé à jouer dans l’équipe de France de rugby pour la coupe du monde qui a eu lieu à l’automne 2023. Les autorités sportives ont prétendu qu’elles ne pouvaient pas le sanctionner, malgré sa condamnation. Chalureau a fait appel, rejugé en novembre, il s’est confondu en justifications absurdes tout en reconnaissant qu’il n’avait jamais présenté ses excuses aux victimes. L’avocat des deux hommes agressé a rappelé : «Mes clients ont entendu des injures à caractère raciste et ensuite ils ont été agressés. Ce n’est pas une bagarre. C’est une agression gratuite». L’avocat général a réclamé une peine plus lourde qu’en première instance.

Émilie Gomis est une ancienne basketteuse de l’équipe de France de rugby, elle compte pas moins de 194 sélections à son actif. Elle est membre de la commission des athlètes du comité olympique français, en vue des JO 2024 de l’été…

La suite est à lire sur: contre-attaque.net
Auteur: B