Suppressions de postes, harcèlement, burn-out et risques psycho-sociaux : ça craque à Dell Montpellier

Une centaine de départs sont prévus chez Dell Montpellier dans la cadre d’une rupture conventionnelle collective censée être basée sur le volontariat. Force Ouvrière dénonce des licenciements cachés, alors que les salarié.es témoignent de l’ambiance délétère qui règne au sein de l’entreprise.

Départs volontaires ou licenciement collectif masqué ?

Tout commence début 2023. Dell met en avant un recul de 12% de son chiffre d’affaire sur plusieurs trimestres, et annonce des réductions de sa masse salariale.

Dans un premier temps Dell France refuse, ce qui amène à un changement de direction. La chose prendra la forme d’une Rupture Conventionnelle Collective, suite à un accord signé par la CFE-CGC le 1er décembre 2023.

“On a essayé à trois syndicats, avec la CFDT et la CFTC, de négocier des aménagements, mais la CGC n’avait pas besoin de nous pour signer et que l’accord soit appliqué. », nous explique Aurélie Tavernier, déléguée syndicale centrale FO Dell, elle-même sur le site de Montpellier.

Le nombre de départs prévus, concernant cadres et agents de maîtrise, est ensuite passé de 323 à un peu plus de 270, dont une centaine sur le site de Montpellier, un gros employeur privé avec ses 900 salarié.es.

L’accord prévoit des indemnités minimales de 45 000 euros. « Quand ils nous l’ont annoncé, ils ont appelé ça un plan de départ volontaire », se rappelle Marc*, salarié chez Dell Montpellier.

Aurélie Tavernier et FO dénoncent des licenciements masqués : « Dans les faits certain.es salarié.es se sentent poussé.es à la sortie parce que leurs postes sont parmi les cibles du dégraissage prévu, et parfois pour d’autres raisons, tandis que d’autres voient leur demande de RCC refusée. »

Une première vague de candidatures à la RCC se base officiellement sur l’ancienneté des postulant.es. La direction annonce que toutes les demandes seront validés s’il…

La suite est à lire sur: lepoing.net
Auteur: Le Poing