Sur le 31 décembre place Guérin. Une fête populaire prise pour cible.

En effet, depuis huit ans des personnes se réunissent le 31 décembre à Brest pour aller en cortège tirer un feu d’artifice pour les prisonniers. Dans la foulée, au retour du cortège, a lieu une fête qui dure toute ou partie de la nuit et réuni une à deux centaines de personnes autour d’un feu de joie et de musique. La place devient un lieu de fête où s’agregent toutes sortes de gens qui sortent fêter la nouvelle année dans les rues. Huit ans maintenant que les réveillons à Saint-Martin sont témoins de cet évènement anti-carcéral et de cette fête spontannée et libre.

Plus largement la place Guérin est régulièrement éclairée de feux de joie, animée par des fêtes improvisées ou non, par des concerts ou par des évènements militants. Un endroit qui semble échapper à la logique implacable de poliçage des villes, qu’on peut modeler selon nos usages sans demander la permission à qui que ce soit, comme en témoigne par exemple la boîte à don montée sans permission sur la place il y a plusieurs années et qui continue de trôner depuis.

Comme en témoigne aussi l’occupation de l’Avenir, le refus des habitant.es du quartier de livrer leurs espaces de vies à des promoteurs immobiliers, la volonté de faire la ville nous même lorsque l’on comprend que la ville est faite contre nous. Des longues histoires ou des petits rien qui font de cet endroit un espace précieux dans des villes de plus en plus aseptisées, où rien n’est possible si ce n’est consommer différents bien et prestations, où l’espace tend à se polariser entre le centre commercial à ciel ouvert et le quartier résidentiel.

Mais il semble que cette année 2023 sonne le glas de la relative liberté de vivre dont on pouvait jouir dans ce quartier de Brest.

Après l’expulsion et la destruction de l’Avenir cet été, l’interdiction des concerts dans le café qui en organisait régulièrement, les travaux d’installation d’une caméra de…

La suite est à lire sur: bourrasque-info.org
Auteur: