Sur une côte basque bétonnée, la destruction d'une forêt ne passe pas

Anglet (Pyrénées-Atlantiques ), reportage

C’était l’invité surprise de la journée de défense de la forêt de Juzan du 20 avril. Claude Olive, le maire d’Anglet, dans les Pyrénées-Atlantiques, a pris le micro pour annoncer son intention de faire passer ce petit bois de 5 hectares en « zone inconstructible ». Lui qui avait déjà marqué son opposition à leur artificialisation a franchi une étape supplémentaire. Une bonne nouvelle pour les 700 personnes réunies ce jour-là par l’association de riverains Juzan vivant, soutenues par des associations écologistes comme Surfrider. Les habitants restent néanmoins mobilisés. L’édile Les Républicains parviendra-t-il à changer le Plan local d’urbanisme intercommunal lors du prochain vote ?

S’il réussit, c’en est fini du projet d’agrandissement du campus de Montaury sur une superficie de 22 hectares. Ironie de l’histoire : ce chantier, qui vise à développer une technopole spécialisée dans la construction durable appelée Arkinova, affecterait une partie des bois ainsi que les terres d’un maraîcher — l’un des derniers de la ville.

Dans le dossier de concertation préalable, la communauté d’agglomération du Pays basque (CAPB), porteuse du projet, indique que « le cœur du site est l’un des rares secteurs non bâtis d’ampleur, au sein de l’aire urbaine de Bayonne-Anglet-Biarritz », et constitue donc « un gisement foncier très stratégique ». Ce gisement, c’est « une forêt non gérée, riche en biodiversité et typique de l’étagement dans les climats tempérés avec des arbres haut — beaucoup de châtaigniers — d’autres plus bas. Ici on peut voir des petits aulnes, et un sol riche en humus et bois mort », expliquent des naturalistes invités pour la journée. En plus des sorties à la découverte du biotope, des ateliers de grimpe dans les arbres étaient proposés par le Groupe national de surveillance des arbres (GNSA) ainsi…

La suite est à lire sur: reporterre.net
Auteur: Chloé Rébillard