Témoignage : les « cyberflics » philippins s'attaquent à l'explosion de la maltraitance des enfants en ligne

Le pays d’Asie du Sud-Est a été identifié comme l’un des nombreux points chauds de la maltraitance des enfants sur Internet, un phénomène qui a pris de l’ampleur avec la pandémie de COVID-19.

Cheng Veniles travaille avec les forces de l’ordre, les procureurs et les magistrats dans le cadre des initiatives de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) sur la protection des enfants en ligne.

Elle a créé un petit réseau informel d’hommes et de femmes dévoués qui s’appuient les uns sur les autres pour traquer les abuseurs.

Cheng Veniles, de l’ONUDC.

« Des vidéos et des images d’enfants exploités sexuellement ou d’enfants victimes d’abus sexuels sont vendues en ligne pour 15 à 20 dollars.

L’incidence des abus sexuels en ligne et de l’exploitation des enfants a explosé aux Philippines pendant la pandémie, en partie parce que de nombreuses personnes ont perdu leur emploi et leurs moyens de subsistance. Et en partie à cause de la notion culturelle erronée de « pas toucher, pas de mal ».

Les auteurs de ces actes, souvent des membres de la famille et des proches des enfants, affirment qu’il n’y a pas de mal, qu’il n’y a pas d’abus, parce que personne ne touche physiquement leurs enfants.

Voulez-vous que nous mourrions de faim ?

Une tendance récente aux Philippines veut qu’un partenaire ou un petit ami du parent de l’enfant, qui possède l’expertise technique, publie le contenu sur le dark web et reçoive ensuite un paiement en crypto-monnaie.

Lorsqu’on leur demande d’expliquer pourquoi ils laisseraient les enfants dont ils s’occupent être victimes d’abus en ligne, ils répondent : « Voulez-vous que nous mourions de faim ? »

Il est navrant de constater que certains enfants ne se considèrent pas comme victimes d’abus avant d’avoir été secourus. Ils pensent qu’ils ne font qu’aider leur famille, sans savoir que ces photos et vidéos en ligne pourraient ruiner leur avenir…

La suite est à lire sur: news.un.org
Auteur: Nations Unies FR