Trump 2024 : et bonne année !

Trois ans, c’est bien court. C’est la maigre durée durant laquelle il nous a été accordé de bénéficier d’un Trump en sourdine. Mais là c’est terminé. Le mammouth est de retour, avec grosse caisse et amplificateur. Lundi, les Républicains votaient lors du « caucus » de l’État de l’Iowa, première étape des primaires qui désigneront leur candidat pour la présidentielle états-unienne (le 5 novembre). Le résultat est anecdotique, tant Trump écrase la concurrence républicaine.

Le « loser » de 2020 a fait mieux que surnager, par la simple magie du déni de sa défaite face à Biden.

Son opposition, principalement représentée par Nikki Haley et Ron DeSantis, semble avoir déjà pleinement intériorisé sa fonction de faire-valoir, tant ces deux-là calculent leurs coups à l’endroit de l’ex-président. Un Trump qui défie les lois non écrites de la démocratie états-unienne. Dans un pays où les oubliettes de la politique engloutissent les perdants, le « loser » de 2020 a fait mieux que surnager, par la simple magie du déni de sa défaite face à Biden, qu’il n’a eu de cesse d’accuser de lui avoir « volé » sa réélection, ce dont il est parvenu à convaincre un peuple de fanatisé·es.


Sur le même sujet : Trump, les fachos et les réseaux

Préparons-nous, hélas, à ce que l’année 2024 soit celle de la déferlante Trump. Par sa probable marche triomphante et stressante, de primaire en primaire républicaine. Par le décorum judiciaire qui risque bien de la rehausser, tant il est vérifié que les turpitudes de l’ex-président desservent d’abord celles et ceux qui en escomptent un affaiblissement. En 2016, Trump l’exprimait d’une de ces subtiles fanfaronnades dont il a la recette : « Je pourrais tirer sur quelqu’un que je…

La suite est à lire sur: www.politis.fr
Auteur: Patrick Piro