Ukraine : le chef des droits de l’homme de l’ONU dénonce un « climat de peur » dans les zones occupées par la Russie

« À la suite de l’annexion illégale des régions de Donetsk, Kherson, Louhansk et Zaporijjia en septembre 2022, la Fédération de Russie a imposé ses propres systèmes de droit, de gouvernance et d’administration, en violation du droit humanitaire international régissant les situations d’occupation », a affirmé dans un message vidéo, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Volker Türk.

Cette situation a eu de profondes répercussions sur la vie quotidienne des gens, couvrant tout, de la justice pénale aux affaires et à la propriété, en passant par les impôts et les services sociaux.

Devant le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, M. Türk a décrit un climat dans lequel les personnes vivant sous occupation ont été contraintes d’effectuer des travaux obligatoires ou de servir dans l’armée d’occupation.

Faire perdre aux enfants leur identité culturelle

« Mon équipe a documenté un schéma de violence, d’intimidation et de coercition à l’encontre des travailleurs publics, y compris les fonctionnaires locaux, les officiers de police, les gardiens de prison, les enseignants et les travailleurs de la centrale nucléaire de Zaporijjia », a-t-il ajouté.

Les habitants des territoires occupés ont également subi des pressions pour voter aux élections russes. Il est de plus en plus nécessaire de posséder la nationalité russe pour avoir accès aux services sanitaires et humanitaires vitaux, à la sécurité sociale et à l’emploi.

D’une manière générale, de nombreuses politiques ont un impact particulier sur les enfants, voire les ciblent. Le système éducatif utilise désormais un programme russe. Les enfants lisent des manuels scolaires contenant des récits pro-russes, justifiant l’attaque armée contre leur pays. Moscou a intégré des enfants dans des groupes de jeunes pour leur inculquer des notions de patriotisme.

« La Russie a adopté une série de politiques qui ont supprimé le droit des…

La suite est à lire sur: news.un.org
Auteur: Nations Unies FR