Ukraine : le temps du doute

Quand et comment cette guerre va-t-elle finir ? Nous avons d’abord été convaincus que la puissante armée russe ne ferait qu’une bouchée de la petite armée ukrainienne. C’était il y a tout juste deux ans. Puis, après une résistance opiniâtre, l’Ukraine a fait souffler l’été dernier un vent d’optimisme. La grande contre-offensive en lisière du Donbass allait infliger une défaite décisive à Poutine. Aucune de ces prophéties ne s’est réalisée. Au contraire, une sorte de statu quo s’est installé. Et, aujourd’hui, deux guerres se mènent. Celle des missiles russes qui détruisent les villes et tuent des civils. Et cette autre, dans les tranchées, sur le front. Ce n’est pas le Chemin des Dames, mais Bakhmout et Avdiivka. Les troupes ukrainiennes, moins nombreuses et en manque de munitions, s’y épuisent. On se bat et on meurt pour conquérir des champs de ruines.


Sur le même sujet : Ukraine : école de guerre

En vérité, l’issue se décide dans les capitales européennes et à Washington. Et c’est à partir de ces places éloignées du conflit que le doute se propage. L’aide américaine est bloquée par les amis de Donald Trump à la Chambre des Représentants, et l’aide européenne est inégale et tardive. Il faudrait à l’Ukraine des batteries Patriot pour parer les attaques de missiles, des avions de combat qui lui sont toujours refusés, et des munitions, beaucoup de munitions. Cette situation alarmante préfigure ce qui adviendrait en cas de succès de Trump à la présidentielle de novembre. Pas besoin d’être grand clerc pour imaginer que la victoire serait alors rapidement à portée de missiles pour Poutine.

La victoire de Poutine serait aussi une victoire des extrêmes droites en Europe, France comprise.

Le dictateur russe en…

La suite est à lire sur: www.politis.fr
Auteur: Denis Sieffert