Un flou, un fond virtuel, des plantes ou votre salon… Comment habiller vos arrière-plans lorsque vous êtes en visio ?

Le télétravail a facilité à bien des égards vos entretiens d’embauche et vos débuts dans un nouvel emploi. Lorsque tout se déroule sur Zoom, Microsoft Teams ou Google Meet, vous n’avez pas à vous soucier d’un train raté ou d’un café renversé qui mènerait sur de mauvais rails un rendez-vous avec un nouvel employeur. Néanmoins, il reste que vous devez tout de même impressionner votre interlocuteur.

L’environnement dans lequel vous vous trouvez aide à montrer votre personnalité à la personne qui se trouve de l’autre côté de l’écran. Celles et ceux qui ont jugé les bibliothèques des politiciens et des célébrités pendant les premiers jours des confinements l’ont bien souligné.

Mes collègues et moi-même avons récemment mené une étude qui a révélé que les objets de votre arrière-plan numérique peuvent influencer la façon dont les gens vous perçoivent. Certes, il est déjà bien établi que les individus forgent leur première impression en se référant au visage et à la voix de leur interlocuteur. Mais une table en désordre derrière vous peut être perçue comme une indication à propos de votre caractère et de vos capacités. Un lit défait témoigne d’un manque d’attention aux détails. En revanche, les plantes que vous avez gardées en vie témoignent de votre sens des responsabilités et de votre maturité.

Pour explorer le phénomène plus finement, nous avons créé des images fixes d’hommes et de femmes aux expressions souriantes et neutres devant divers arrière-plans lors d’un appel Zoom. Nous avons ensuite demandé à 167 personnes d’évaluer les visages à l’aide d’une échelle de sept points sur le degré de confiance et de compétence qu’elles leur accordaient. Nous n’avons volontairement pas mentionné les arrière-plans, ce qui nous a permis de déterminer si le même visage serait évalué différemment en fonction de ce qui se trouvait derrière lui.

Des plantes ou…

La suite est à lire sur: theconversation.com
Auteur: Paddy Ross, Associate Professor, Department of Psychology, Durham University