Un producteur de fleurs pollue eau et terre du Finistère

Plomeur et Tréguennec (Finistère), reportage

Tous les ans, à l’arrivée du printemps, c’est la même chose : l’entreprise de production de bulbes floraux Kaandorp, située à Plomeur, dans le sud du Finistère, organise sa « fête des fleurs », qui attire quelques milliers de visiteurs. Sur des centaines d’hectares, les rouge, jaune, mauve et rose pétant des jonquilles, tulipes, iris, jacinthes et autres fleurs à bulbes irradient l’horizon. Les couleurs contrastent avec le reste du paysage, qui se résume à des dunes de sable — le célèbre spot de surf de La Torche est à quelques centaines de mètres —, et des landes ternies par le manque de soleil cet hiver. Mais contrairement aux années précédentes, la fête a quelque peu été gâchée.

L’édition 2024 de la « fête des fleurs » de Plomeur a vu sa fin précipitée début avril par la météo pluvieuse, qui a accéléré la floraison des bulbes. Surtout, la presse locale a fait savoir, le 15 mars, que l’entreprise Kaandorp faisait l’objet d’une double plainte de la part des associations Bretagne vivante et Eau et Rivières de Bretagne, pour « non-respect de l’arrêté préfectoral et dégradation de zone humide » à l’étang de Saint-Vio, situé à quelques kilomètres de là, dans la commune de Tréguennec.

En 2023, la préfecture du Finistère a mis en demeure l’entreprise Kaandorp de régulariser le prélèvement d’eau à Saint-Vio : depuis des années, l’entreprise pompe de l’eau dans cet étang sans autorisation préfectorale. Les associations reprochent également aux bulbiculteurs une pollution aux pesticides des ruisseaux situés à proximité de l’exploitation.

Pour marquer le coup, le 24 mars, une trentaine de manifestants se sont rendus à la fête pour « montrer l’envers du décor », explique Mangrove, du collectif Bassines non merci 29. Les activistes espèrent notamment voir la pompe de Saint-Vio démontée. Des banderoles…

La suite est à lire sur: reporterre.net
Auteur: Chloé Richard , Jonathan Konitz