Une danse de vie

Quelle ombre sur la terre ! Mon ami Emmanuel Carrère, à la télévision, parle face caméra à la fin d’une émission littéraire (La Grande librairie). « Il y a deux façons de voir les choses aujourd’hui. Les relativement optimistes pensent que l’humanité traverse une phase de chaos tragique et effrayant, mais c’est déjà arrivé dans son histoire, et que justement elle la traversera. Les radicalement pessimistes pensent qu’un tel chaos n’est jamais arrivé, et que ce n’est pas une phase, c’est la fin. L’analyse de la situation n’est pas compliquée. Il n’est pas besoin d’être très intelligent ou très informé pour avoir connaissance de ces trois ou quatre phénomènes. Un, le désastre climatique qui, malgré les COP dirigées par des pétroliers, est irréversible. Deux, la crise migratoire. Une moitié de la planète devient inhabitable, alors les habitants de l’autre moitié veulent aller habiter dans l’autre, et les habitants de cette autre disent qu’il n’y a plus de place. La barque est pleine. Trois, l’Intelligence Artificielle qui fonce sur nous et va probablement nous dévorer. On peut ajouter la fin de la démocratie, la fin de nos valeurs à nous, mais cela est moins important puisque ça ne concerne que nous. En tant qu’écrivain, j’estime que je devrais parler de tout ça, si c’est vraiment ce qui nous arrive, ça n’a pas de sens de parler d’autre chose… Mais en réalité je n’y arrive pas, je suis comme un lapin pris dans les phares. »

L’écrivain avoue qu’il « ferme les écoutilles » et écrit sur lui, sur sa famille, son histoire. Emmanuel Carrère n’est pas non plus tout à fait cet écrivain-là puisqu’il a suivi l’intégralité du procès des attentats du 15 novembre 2015, et qu’il a fait plusieurs voyages en Ukraine récemment. Ce n’est pas une contradiction, c’est peut-être le rappel de ce que c’est être humain. Et pour ma part, en écoutant…

La suite est à lire sur: www.la-croix.com
Auteur: Frédéric Boyer