Une monnaie commune au Sahel : derrière la logique politique, un risque économique

Le Burkina Faso, le Mali et le Niger ont signé en septembre 2023 la Charte créant l’Alliance des États du Sahel (AES). Ces trois pays ont annoncé leur retrait de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) le 28 janvier 2024.

Le Général Tiani, chef de la junte nigérienne, a fait part le 11 février 2024 du lancement d’une réflexion de l’AES sur la sortie de la Zone franc et la création d’une monnaie commune, pour recouvrer leur « souveraineté totale » et cesser d’être la « vache à lait » de la France. Si les motifs de la sortie de la Zone franc sont avant tout politiques, cette sortie aura d’importantes conséquences économiques et financières.

Ce n’est pas la première fois qu’un pays quitte la zone du franc CFA (Guinée en 1960, Mauritanie et Madagascar en 1973 ou encore le Mali entre 1962 et 1984). Toutefois, la spécificité de cette annonce réside dans la volonté de créer une monnaie commune à trois États, relativement homogènes en termes de PIB par habitant ou de structures économiques. Ils ont en commun une croissance démographique très rapide, un certain enclavement, l’importance de l’agriculture céréalière, et de l’élevage, mais aussi de la production minière, notamment aurifère. À celles-ci s’ajoutent pour le Burkina et le Mali le coton, et pour le Niger l’uranium et le pétrole. Enfin, pour ces trois pays, les revenus issus des migrations vers les pays côtiers jouent un rôle très important. L’AES est donc plus proche de constituer une zone monétaire optimale que la Cédéao, beaucoup plus hétérogène.

Financer les États

Mais ces structures économiques assez proches ne doivent pas occulter des performances macroéconomiques contrastées, ce qui requerra un effort de convergence. Les déficits budgétaires en 2022 sont de 7,2 % du PIB pour le Burkina Faso, 4,8 % pour le Mali, et 6,8 % pour le Niger, tandis que les déficits des…

La suite est à lire sur: theconversation.com
Auteur: Marc Raffinot, Economie du développement, Université Paris Dauphine – PSL