Unie face à la loi immigration, la gauche rêve de recoller les morceaux


Et si l’union de la gauche s’était soudainement réveillée ce lundi 11 décembre à 17 h 40. Quelques secondes après que Yaël Braun-Pivet, la présidente de l’Assemblée nationale, ait annoncé l’adoption de la motion de rejet au projet de loi immigration portée par les écologistes, la gauche de l’hémicycle explose : « Darmanin démission ! » Au premier rang, le ministre de l’Intérieur se crispe. Après cette défaite, il présente sa démission dans la soirée à Emmanuel Macron qui la refuse d’emblée. Si la Nouvelle union populaire, écologique et sociale (Nupes) peut se vanter d’avoir flanqué une gifle au gouvernement qui fait la publicité de cette réforme depuis un an, elle n’a pas réussi à faire tomber le patron de la place Beauvau. Qu’importe, elle parle désormais à l’unisson.


Sur le même sujet : Loi immigration : « Tout le monde déteste Darmanin »

Face au projet de loi immigration, la Nupes est sur la même ligne depuis le début : les élus des quatre groupes ont parlé d’une seule voix en commission des lois, tous demandent aujourd’hui en chœur le retrait de ce texte après avoir soutenu en bloc la motion de rejet. Sur ce dernier point, seule la députée écologiste Delphine Batho a voté contre, estimant ne pas pouvoir « voter avec l’extrême droite sur l’immigration ». « Quand il faut résister aux attaques de la macronie, on est au rendez-vous, assure la députée insoumise Danielle Simonnet. Ce qui met en péril l’union, ce sont les directions des appareils et certaines personnalités. Mais au Parlement, nous comprenons tous que nous avons besoin d’unité parce que nous ne pouvons pas gagner autrement. »

Au Parlement, nous…

La suite est à lire sur: www.politis.fr
Auteur: Lucas Sarafian